Gestion du Stress et de la Fatigue par la Respiration Abdominale.

 La relaxation et la méditation sont une force qui agit et non un remède donné à l’homme pour camer son stress.
 
Croyez que les yogis hindous d’autrefois qui vivaient dans l’Himalaya avaient besoin de se relaxer dans l’environnement où ils étaient.
 
A quoi leur aurait servi la relaxation dans un environnement aussi calme et serein. Dans la relaxation, tous les canaux s’ouvrent et l’énergie circule librement.
C’est la force tranquille. Toutes les énergies se concentrent dans une apparente immobilité. 
 Les hindous ont d’abord « inventé » la relaxation immobile, allongée et ensuite des techniques se sont créés au cour des siècles  pour la prolonger en étant assis par exemple. C’est la position du lotus. Mais premièrement la relaxation allongée.
Car elle permet plus facilement le contact de « l’intérieur ».
 
 Le fait de s’allonger en se relaxant crée un réflexe conditionné ensuite quand on est debout.
Rigidité du corps et le corps est malade. Rigidité de l’esprit et l’esprit est malade.
Un esprit souple s’adapte à toutes les situations.
Tout le problème est d’arriver à calmer le corps, pas l’esprit. Quand le corps se calme, l’esprit suit.
Cela se fait tout seul. Accepter, c’est se soumettre. Se soumettre, c’est se relâcher Se relâcher, c’est s’abandonner. S’abandonner, c’est faire confiance.
 
Quand tout le passé est conscient, on s’en libère. La conscience du passé libère de son influence.
Plus on se libère du passé et plus on devient présent, donc maitre de l’avenir. La conscience totale est l’esprit sans passé.
Faire le vide, c’est se libérer du passé. Le vide ne veut pas dire le rien.
 
Quand l’esprit est vide du passé, il se remplit du présent. C’est le Ici et Maintenant.
C’est la conscience d’être dans ce présent. Les pensées peuvent subsister, elles sont simplement sur un autre domaine.
Il suffit de les regarder puisqu’elles sont ailleurs dans cet autre champ. Les pensées vont et viennent toutes seules.
Regarder sans juger, sans analyser, juste observer. Le vide n’est pas un état béat. On peut avoir le vide et penser quand même.
 
 On devient observateur. Le passé remonte avec ses joies, ses craintes, ses espoirs et ses peines. Elles ne sont pas importantes puisque irréelles. Ce ne sont  que des idées, même les pires.
 
Les observer permet de comprendre ses craintes car c’est elles qui remontent en premier. Il y a les pensées et celui qui les voit. Celui qui les voit ne s’identifie pas à elles puisqu’elles sont autre chose que lui.
C’est la peur qui remonte et  en la laissant partir on s’en libère, et on permet à l’absolu d’agir.
 
Ex: si vous vous voyez dans un accident, laisse le faire vu qu’il est irréel. Si vous ne vous crispez pas puisque c’est juste une peur enfouie dans votre inconscient qui remonte, au contraire en la laissant remonter vous vous en libérez et il ne risque pas de vous arriver. En vous crispant vous risquez de le provoquer.
Le corps doit être immobile au repos, comme çà tout remonte tranquillement et on a le temps d’observer. Petit à petit on arrive même à observer en mouvement.
 
C’est la méditation dans le mouvement. Au bout de la peur ou au bout de l’angoisse apparait la solution.
C’est la méditation dans l’action. On laisse ses pensées filer et on ne les chasse pas. On calme le corps et on arrive à la fin de la chose qui est un nouveau. Quand l’angoisse ou la peur arrive à la fin, elle s’essouffle et le corps se calme lui aussi car la nervosité s‘en va avec les pensées.